Quels sont les risques de l’hyperconnexion ?

08 July 2022 Clément SMIGIEL
riques-hyperconnexion

 

Quels sont les risques de l’hyperconnexion ?

 

En France, près de huit cadres sur dix se connectent à leur boîte mail professionnelle sur leur temps de loisir. D'après un sondage Qapa paru en 2020, sept Français sur dix affirment même répondre à des sollicitations professionnelles durant leurs vacances.

Ce comportement hyperconnecté engendre alors des risques vis-à-vis de l'équilibre personnel du salarié comme de la vie de l'entreprise. Quels sont donc les dangers de cette dépendance au travail ? Comment y remédier concrètement ? Voici quelques pistes pour mieux appréhender les risques de l'hyperconnexion.

 

Hyperconnexion au travail : définition

 

Le terme d'hyperconnexion désigne l'attitude d'un salarié en contact permanent avec son environnement professionnel. En clair, le salarié hyperconnecté ne parvient pas à dissocier son temps personnel de son temps de travail. Il peut alors répondre à des requêtes professionnelles au beau milieu d'un repas de famille, voire solliciter lui-même ses collègues ou son employeur hors de ses horaires de travail.

À ne pas confondre : la surconnexion relève de l'utilisation abusive d'outils numériques, au travail comme chez soi.

 

Une pratique hyperconnectée très actuelle

 

L'hyperconnexion au travail s'avère un fléau résolument contemporain. De visioconférences en messageries instantanées, le monde du travail se fait de plus en plus connecté. Qui plus est, des initiatives comme le métavers en entreprise s'apprêtent à rendre la frontière encore plus poreuse entre outil professionnel et lieu de socialisation.

 

En parallèle, la démocratisation du télétravail contribue à effacer la démarcation entre les sphères privée et professionnelle. Une tendance qui n'est pas sans conséquence nocive, comme le démontrent les résultats d'une enquête Odoxa de 2020. Ainsi, près de 80 % des personnes interrogées estiment que le télétravail accentue les risques liés à l'hyperconnexion. Cette fuite en avant hyperconnectée débouche alors sur des dangers bien réels.

 

Quels sont les risques majeurs que présente l'hyperconnexion au travail ?

 

Stress, irascibilité, épuisement ou compétition interne, la connexion continuelle est la cause de maux en cascade. Si le salarié y est le plus exposé, l'hyperconnexion peut aussi avoir un impact négatif sur l'entreprise.

 

Les risques de l'hyperconnexion chez le salarié

 

L'hyperconnexion au travail entraîne des risques tangibles pour la santé physique du salarié, comme des douleurs musculaires ou une extrême fatigue. Beaucoup de travailleurs hyperconnectés sont également sujets à des troubles du sommeil, qui peuvent à leur tour se muer en irritabilité.

 

En conséquence, cette dépendance au travail engendre bien souvent des risques psychosociaux (RPS). Une accumulation de stress peut mener à des sautes de concentration. Dans les cas les plus sévères, le salarié en vient même à présenter des signes de dépression, décuplés par la perception d'un décalage entre efforts consentis et manque de considération hiérarchique. Ces symptômes dépressifs sont alors susceptibles de conduire à des comportements addictifs, voire à un burn-out.

 

Les risques de l'hyperconnexion au travail vis-à-vis de l'entreprise

 

Les excès de l'hyperconnexion peuvent mettre en péril le cadre de travail de tous les salariés. L'agressivité d'un employé hyperconnecté aura tendance, par exemple, à causer des tensions auprès de ses collègues. S'il est encouragé par la hiérarchie, ce comportement excessif va aussi sous-tendre une culture de l'hyper performance néfaste à la cohésion interne de l'entreprise.

L'hyperconnexion au travail s'accompagne également d'une potentielle baisse de productivité. Ainsi, un salarié surchargé est plus susceptible de commettre des erreurs préjudiciables. Répondre à trop de mail au travail et s'éparpiller peut aussi conduire le salarié à se déresponsabiliser.

Enfin, une pratique de travail addictive s'assortit d'un risque juridique. Un salarié ayant le sentiment d'avoir été poussé à bout, ou de ne pas avoir reçu le soutien adéquat, peut exiger des sanctions judiciaires à l'encontre de son employeur. En effet, l'entreprise a pour obligation légale d'assurer le bien-être au travail de son personnel.

 

Risques de l'hyperconnexion au travail : comment y remédier ?

 

La qualité de vie sur le lieu de travail est un enjeu contemporain majeur. Il existe donc des mesures préventives à mettre en place pour éviter les écueils de l'hyperconnexion.

 

Le droit à la déconnexion

 

La notion de droit à la déconnexion est apparue pour la première fois dans le code du travail en 2016. En 2017, la loi Travail est venue sanctuariser ce respect des temps de repos des salariés. Cette loi dite El Khomri stipule que tout salarié a droit à la déconnexion la plus totale en dehors de ses horaires contractuels de travail.

La loi oblige également toute entreprise cumulant plus de cinquante salariés à instaurer des règles de déconnexion lors des négociations annuelles obligatoires (NAO). En pratique, il s'agit notamment pour l'entreprise de déployer des mesures aptes à réguler l’emploi des outils numériques.

 

Des méthodes de prévention concrètes

 

Encourager l'ensemble du personnel à respecter le droit à la déconnexion passe par des mesures pratiques, comme :

  • la mise en place d'une réglementation précise de droit à la déconnexion dans la charte éthique de l'entreprise ;

  • la formation des managers aux dangers de l'hyperconnexion au travail et aux solutions à y apporter ;

  • une communication bienveillante auprès des salariés accumulant les heures supplémentaires afin de les autonomiser quant à leur gestion de poste ;

  • un système de message d'absence automatique activé à heure fixe, etc.

 

Travailleurs hyperconnectés : une vigilance accrue pour faire face aux risques

 

Répondre à un appel pro au restaurant ou consulter sa boîte mail interne avant de se coucher. Voilà autant de signaux d'alerte qui témoignent d'une potentielle dépendance au travail. Parfois même, le salarié hyperconnecté culpabilise à la seule idée de déconnecter de sa sphère de travail.

Cette hyperconnexion peut alors mettre en péril la santé physique et psychique du salarié. Il est donc essentiel pour chaque entreprise d'identifier les facteurs de risque afin de poser un cadre favorisant le bien-être au travail de tous les employés.